LES TRAITEMENTS POSSIBLES

Lorsque les symptômes douloureux deviennent persistants, il est conseillé de consulter un spécialiste afin d’établir un diagnostic fiable.

Selon le cas, différents traitements peuvent être proposés:

La psychothérapie : consulter un spécialiste peut s’avérer salvateur pour les personnes souffrant de stress ou ayant subi des traumatismes psychologiques.


La prise de médicaments : la douleur est initialement traitée avec des antalgiques (paracétamol), anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ou antispasmodiques. Cette solution permet d’atténuer la douleur mais ne soignera pas la cause. De plus, certaines femmes ne tolèrent pas la prise d’AINS.

Si le problème persiste, le professionnel peut prescrire un traitement individualisé (de type hormones ou anti-inflammatoires). Là encore, le traitement peut ne pas convenir à certaines personnes.


Les injections de botox, d’acides hyaluroniques et de graisses (lipofilling) : ces injections peuvent s’avérer utiles pour les personnes souffrant de douleurs pendant la pénétration. Des hématomes peuvent toutefois perdurer quelques jours au niveau de la zone d’injection.


La rééducation périnéale: cette rééducation peut être effectuée par des sages-femmes ou des kinésithérapeutes spécialisés en périnéologie. Elle peut également être effectuée à domicile avec un électrostimulateur, à l’aide de programmes pour la douleur pelvienne ou pour la détente du plancher pelvien.

Cette action permettra la relaxation du périnée et un assouplissement des zones douloureuses.


Le laser: il permet la récupération du tropisme musculaire. Cependant, il peut engendrer des effets secondaires non négligeables (brûlures, fistules, oedèmes).


L’intervention chirurgicale : la chirurgie constitue le derniers recours. Elle est proposée dans des cas de douleurs sévères et persistantes, lorsque les traitements n’ont pas été bénéfiques et consiste à retirer l’utérus. Cependant, il a été démontré que pratiquer une hystérectomie peut s’avérer inefficace.


La thérapie par ondes de choc de faible intensité : cette thérapie bio-cellulaire permettra d’une part d’éliminer les symptômes, par la création de substance P et la stimulation de récepteurs de douleur. D’autre part, il provoquera la régénération des tissus affectés par les fissures, déchirures et lésions causées par les accouchements et la ménopause.


Le traitement PRP : l’injection de plasma enrichi est une méthode innovante qui a déjà fait ses preuves dans de nombreux domaines cliniques (rhumatologie, orthopédie, traumatologie, ophtalmologie, urologie, gynécologie, etc.). Cette technique bio-cellulaire permet la stimulation de la matrice extracellulaire, ainsi que la production naturelle de collagène et d’élastine, nécessaires à une amélioration de la tonicité et élasticité des parois vaginales (idéal pour les cas d’atrophie vaginale ou de dyspareunie par exemple).